Service d'Accueil Résidentiel et d'Accompagnement

Selon l’article 2 de la loi du 11.02.2005, constitue un handicap « toute limitation d’activité ou restriction de participation à la vie en société subie dans son environnement par une personne en raison d’une altération substantielle durable ou définitive d’une ou plusieurs fonctions psychiques, sensorielles, mentales cognitives ou physiques, d’un polyhandicap ou d’un trouble de santé invalidant ».

Le dernier schéma départemental de l’handicap a recensé les différentes structures dans notre département et a soulevé un certain nombre de manques en matière d’accueil des personnes en situation de handicap. Il favorise tous projets expérimentaux favorisant la prise en charge de ce public.

C’est dans ce contexte, que l’Association PAGODE, dont le champ d’intervention premier est la lutte contre les exclusions, a décidé de présenter et donner existence au Service d’Accueil Résidentiel et d’Accompagnement comme projet expérimental ne répondant à aucun critère des établissements déjà existants sur le territoire Nivernais.

 

Le public accueilli au sein du service sont des hommes, des femmes, des couples avec ou sans enfant, âgés de 18 à 60 ans, présentant un handicap reconnu par la MDPH (Maison Départementale pour les Personnes Handicapées) et se trouvant en situation de rupture sociale. Plus majoritairement, il s’agit de personnes souffrant d’handicap, de troubles ou désordres psychiques, isolées et n’ayant plus les capacités ou les possibilités de participer aux échanges liés à la vie sociale.

Les caractéristiques plus ou moins communes des individus habitant à la Résidence Georges Bouqueau et plus particulièrement celles bénéficiant du SARA sont marquées par une désaffiliation importante aux autres, à leur utilité, à la légitimité de leur existence. Ils n’ont plus ou pas eu d’appartenance suffisante pour l’entourage, “ ils bradent” leur existence aux autres dans une quête affective demandant un soin particulièrement singulier. 

L’exclusion la plus tragique est celle même du champ du handicap, n’ayant plus accès aux structures initialement prévues pour les accueillir.

 

SARA a pour but d’apporter une réponse originale d’hébergement durable en proposant une alternative à d’autres structures ayant des exigences qu’ils ne peuvent remplir.

C’est dans la parole échangée que le cadre s’exprimera et favorisera l’émergence de repères valables puisque non glanés dans un rapport de subordination à celui représentant l’autorité, mais dans une véritable relation humaine.

Notre objectif premier est de répondre aux besoins de reconnaissance des usagers en tant que personnes à part entière que l’on considère responsables, capables de choix.

Nous portons un regard différent sur le handicap, non stigmatisant, le considérant comme une richesse. Que l’on nomme cela  “mixité sociale” , “ brassage des différents individus”,  “mélange des populations ”, c’est en utilisant ce collectif de public diversifié que nous souhaitons offrir un espace de reconstruction possible où chaque personne puisse être considérée comme unique, sujet de sa propre histoire.

 

C’est par une stratégie de travail basée sur la transversalité de l’équipe de salariés et bénévoles de PAGODE qu’il y aura une prise en compte singulière de l’usager. Le croisement de nos regards, de nos impressions dans les lieux d’échanges et de débat permettra d’approcher au plus près des besoins de chacun dans notre stratégie de conduite vers l’autonomie.

C’est vers un sens commun que l’équipe se donnera les moyens de se diriger en s’appuyant sur les exigences du projet associatif, déterminé à rendre les prestations les plus efficientes pour les usagers.

La cohérence et la possibilité de débats au sein de l’équipe s’avèrent être une condition essentielle d’un travail dans une direction désaliénante : nous souhaitons favoriser l’expression, l’écoute, l’échange, le débat, sans être moralisateur, mais en étant simplement garant d’une éthique partagée.

C’est par la réflexion autour des situations, en réunion d’équipe, de concertation avec les partenaires concernés, que nous pourront définir des perspectives d’actions communes en lien avec le projet personnalisé construit avec chaque usager.

Enfin, nous souhaitons créer une ambiance favorable et conviviale au travers de l’animation du collectif, avec la possibilité pour chacun de trouver une place, un rôle, une existence au sein de l’association ainsi qu’un accès aux loisirs, à la culture.

 

C’est le débat d’idées qui donne sens au projet ! Durant l’élaboration du projet institutionnel, le « secteur adulte handicapé » devient le Service d’Accueil Résidentiel et d’Accompagnement (SARA). Cette nouvelle entité résulte d’une concertation des acteurs concernés pour qu’un vrai changement ait lieu dans la réalité des usagers. En guise de changement, c’est un bouleversement qui s’opère au quotidien dans la vie institutionnelle.

La conceptualisation de notre travail à travers cette ébauche d’écriture servira de fondation à la constitution d’un dossier sur lequel nous plancherons en vue d’une habilitation CROSMS. C’est donc le début d’une histoire qui doit s’écrire avec une envie partagée de tous les acteurs de l’association d’inscrire l’usager en tant que décideur responsable et libre de ses choix de vie… Dans notre jargon nous le nommons sujet socio désirant.