CHRS Urgence

Le CHRS Urgence le PRADO est localisé à Nevers, à quelques centaines de mètres de la gare. Son activité est encadrée par la loi du 29 juillet 1998, relative à la lutte contre l’exclusion : ce CHRS a vu ainsi son rôle se transformer en une plate-forme d’accueil, d’orientation et d’hébergement favorisant l’accroche avec une population très désocialisée. Des financements divers provenant de l’Etat et des partenaires (collectivités territoriales et locales) ont accompagné cette évolution. Plus récemment,la loi du 2 janvier 2002 rénovant l’action sociale et médico-sociale réforme la loi de 1975 et met l’accent sur la diversification de l’offre afin de répondre aux besoins, la promotion du droit des usagers et la coordination du partenariat.

 

Le CHRS Urgence accueille toute personne sans domicile, seule ou en couple (sans enfant) sollicitant un hébergement d’urgence. Les difficultés personnelles, qu’elles soient de nature additive, psychologique ou sociale, ne seront pas un frein à l’accueil qui se veut avant tout humaniste et convivial. Dans un souci d’accessibilité à tous, le centre d’hébergement accepte également les animaux, qui dormiront avec leur maître.

Les personnes majeures ayant recours aux services du PRADO peuvent être en très grande précarité, présenter des difficultés sociales et des souffrances psychiques. Elles sont dans un état et un processus d’exclusion, c'est-à-dire désocialisées et désaffiliées. Ce sont souvent des personnes brisées par la vie, majoritairement dans l’incapacité de faire lien avec les autres.Elles sont généralement inscrites dans un processus d’errance.

Toutes ces personnes très marginalisées sont, par leurs parcours de vie et les évènements traumatiques vécus, dans l’incapacité provisoire de se projeter dans un avenir.

La charte d’accueil du CHRS définit un bas seuil d’exigence permettant d’accepter les usagers tel qu’ils sont. Ceci correspond à un minimum de règles (répondant à la nécessité d’une vie en collectivité possible), où le sujet est reconnu singulièrement, avec sa problématique propre et ses difficultés. Chaque personne est accueillie quelque soit son histoire de vie, son état, qu’elle soit sous l’emprise de l’alcool, de produits et/ou accompagnée d’animaux.

 

La mission première du PRADO est au travers de ses différents services, de proposer un accueil d’urgence répondant aux besoins vitaux des personnes en grande précarité présentant des difficultés sociales et en souffrance psychique. Il ne s’agit pas seulement de mettre à disposition des biens matériels mais bien au-delà de tenter de réinscrire, de créer du lien social avec des personnes en rupture et/ou en errance.

Elle a pour but, d’une part d’offrir une alternative à l’isolement et à l’errance pour les personnes en difficulté et grande marginalité, et d’autre part de stopper ce processus en essayant d’ouvrir des perspectives d’autonomie. L’accueil, l’orientation et le soin constituent l’essentiel de l’activité.

Il est donc ici question de recevoir quelqu’un en lui offrant les conditions d’accueil respectant sa dignité. Mais il ne suffit pas d’héberger, de restaurer, de vêtir. De la manière dont on accueillera les gens dépendra l’ambiance à travers laquelle chaque individu pourra se sentir exister au sein d’un collectif. C’est avec du temps et par un travail quotidien qu’une relation de confiance sera possible, prémices d’un réinvestissement pour la personne de sa propre vie. Il faut être attentif à tous comme à un seul, savoir se dégager de l’urgence pour prendre le temps de recevoir et d’observer afin de cerner au plus près les besoins, les difficultés, les potentiels.

C’est de cette observation, mise en parallèle avec un accueil humaniste, que l’on pourra orienter au mieux la personne auprès d’une structure partenaire ou proposer un hébergement plus long. Certains d’entre eux reprendront leur route et reviendront plus tard se rassurer d’un lien lentement tissé au fil de leurs passages successifs.

 

Le CHRS Urgence est un hébergement temporaire dans un cadre collectif, les personnes pouvant être accueillies par deux ou quatre par chambre.

Un Restaurant Social vient compléter l’offre des services proposés. Le service, le partage d’un moment autour d’une assiette apparaissent comme des instants privilégiés pour nouer une relation ou dénouer quelques appréhensions à la relation. C’est parce que le repas représente un temps fort de travail avec les personnes accueillies, qu’il est pris en charge au CHRS par l’équipe éducative.

Le PRADO est donc une institution dont le fonctionnement permet et incite chacun à s’investir dans le quotidien pour que cet accueil, ce « prendre soin de... »permette de reconnaître l’individu en tant que sujet singulier dans ses difficultés, problématiques et dans l’émergence de son désir. C’est au travers de la mise en œuvre d’une ambiance conviviale que la création de lien avec ces usagers peut s’établir.

Chaque salarié (des agents d’entretien à la direction, en passant par les veilleurs de nuit...) a ainsi la possibilité de s’engager dans une tentative de construction de relation de confiance. Cette relation permettra à l’usager une parole libérée de toute crainte, point de départ d’un possible travail éducatif avec la personne. De fait il apparaît primordial que l’équipe des salariés dans son ensemble, se réunisse de façon hebdomadaire pour mener une réflexion de fond sur l’accueil et sur les difficultés institutionnelles rencontrées. Durant ces réunions, chacun peut exposer et amener à la réflexion ses observations et ses avancées avec les personnes accueillies. Ce fonctionnement demande une stratégie d’équipe, gage d’une nécessaire cohérence institutionnelle.

 

Le PRADO apparaît donc comme une structure étant une première marche vers la réinsertion ou bien la dernière avant le monde de la rue, parenthèse salvatrice le temps de l’accueil. Le travail de l’éducateur consiste bien à tenter de créer, d’insuffler une envie, une dynamique d’insertion chez des sujets en grande difficulté et en souffrance ; cela par l’accueil et le « prendre soin ». Lorsque ce long travail permet à une personne de se stabiliser et de s’inscrire dans une démarche guidée par son désir, l’équipe passe le relais à d’autres services de l’association ou d’autres structures.